Baromètre Edenred-Ipsos 2015 : Les salariés seniors français parmi les moins heureux en Europe

Edenred et Ipsos se sont intéressés aux salariés seniors en mesurant leur bien-être et leur motivation au travail. Dans le cadre de la dixième édition du baromètre Edenred-Ipsos, près de 2 000 salariés européens de 55 ans et plus ont été interrogés dans 14 pays. Il ressort de cette enquête que le bien-être en fin de carrière ne revêt pas la même réalité pour tous : les salariés français comptent ainsi parmi les moins épanouis en Europe, loin de leurs collègues des pays du Nord où un « modèle » semble se distinguer.

Auteur(s)

  • Antoine Solom Directeur International, Ipsos LEAD
  • Julia Pironon Directrice de clientèle, Ipsos ERM
  • Nicolas Tannenbaum Deputy Managing Director, Ipsos LEAD
Get in touch

Chiffres clés 2015

  • 13 600 salariés interrogés dans 14 pays européens dont près de 2 000 de 55 ans et plus
  • Moins de 40% des salariés seniors français estiment que leur hiérarchie porte un réel intérêt à leur bien-être vs. 55% parmi l’ensemble des pays européens
  • En France, 60% des 55 ans et plus considèrent que les actions menées dans le domaine de la transmission et du renouvellement des compétences sont insuffisantes vs. moins d’un quart seulement aux Pays-Bas et en Allemagne
  • En France, moins de 40% des 55 ans et plus se disent «souvent heureux au travail » vs. 71% parmi leurs homologues hollandais

LES SENIORS FRANÇAIS PARMI LES MOINS HEUREUX AU TRAVAIL

Le bonheur au travail n’est pas un sentiment partagé par tous les salariés en France : seuls 39% des 55 ans et plus se disent « souvent heureux au travail », alors qu’ils sont 47% chez les moins de 25 ans. En Europe, c’est aux Pays-Bas, en Autriche et en Suède que les salariés seniors se déclarent les plus heureux au travail, à respectivement 71%, 59% et 54%.

La qualité de vie au travail est également pointée du doigt par les salariés seniors français : sur une échelle de 1 à 10, seuls 29% lui attribuent une note entre 8 et 10, contre 42% en moyenne en Europe. En tête : la Finlande (66%), la Suède (56%) et l’Autriche (54%).

INSATISFACTION DES SALARIÉS SENIORS FRANÇAIS À L’ÉGARD DES EMPLOYEURS

Un manque de considération de la part de leur hiérarchie

Seuls 39% des salariés de 55 ans et plus en France estiment que leur hiérarchie porte un réel intérêt à leur bien-être, loin derrière la moyenne européenne (55%), et plus particulièrement les Britanniques (67%), les Hollandais et les Finlandais (65% dans les 2 pays). De plus, ils ne sont que 46% à être satisfaits du respect avec lequel ils sont considérés, soit près de 25 points de moins que la moyenne européenne (70%).

Trop peu d’actions favorisant la transmission et le renouvellement de compétences

En France, 60% des salariés de 55 ans et plus considèrent que les employeurs ne sont pas assez mobilisés sur la transmission et le renouvellement des compétences. Ils ne sont qu’un quart seulement à partager cette opinion en Autriche ou Allemagne, où des initiatives telles que le mentoring (1) ou la formation continue sont sensiblement plus développées. Par ailleurs, 60% des salariés français de 55 ans et plus pensent que leur entreprise n’encourage pas la transmission des savoir-faire des salariés expérimentés.

Une gestion des talents peu efficace

Pour 61% des salariés français de plus de 55 ans, la gestion des talents est une préoccupation qui n’est pas assez prise en compte par leur employeur, contre 34% seulement en Europe. En outre, ils ne sont que 21% à être satisfaits des possibilités d’évolution au sein de leur entreprise, alors qu’ils sont 50% à le penser en Suède.

Des politiques RH sur l’employabilité des seniors à améliorer en France

40% des salariés français de 55 ans et plus se montrent critiques sur la gestion de l’employabilité des seniors, contre seulement 27% en moyenne en Europe. Une même proportion (41%) souligne un déficit d’information sur les possibilités de formation dans leur entreprise, tandis que 82% de leurs homologues finlandais, par exemple, se considèrent « bien informés ». De fait, en France, le taux d’accès à la formation chute à 33% chez les salariés de 55 ans et plus, alors qu’il s’élève à 61% chez les 25-34 ans (2).

**************

Focus : des salariés français peu optimistes vis-à-vis de la retraite

  • En France, seuls 50% sont confiants pour les années restantes avant leur départ en retraite, contre 66% en Europe
  • Seulement 58% se sentent suffisamment formés pour envisager leur fin de carrière dans l’entreprise, contre 78% en moyenne Europe
  • 55% d’entre eux se disent encore motivés d’ici leur départ à la retraite, contre 67% en moyenne en Europe
  • 23% pensent qu’ils ont encore des possibilités d’évoluer au sein ou à l’extérieur de l’entreprise vs. 43% en moyenne en Europe

****************

LES PAYS DU NORD, UN « MODÈLE » À SUIVRE ?

Les pays du Nord (3) sont quasi-systématiquement parmi les mieux classés sur les différents items du baromètre Edenred-Ipsos. Plus satisfaits et heureux dans leur vie professionnelle, les salariés de ces pays sont aussi parmi les plus positifs sur les politiques RH mises en place par leur entreprise :

  • Aux Pays-Bas, 71% des salariés de 55 ans et plus se disent « souvent heureux au travail »;
  • En Finlande, 66% attribuent une note entre 8 et 10 à leur qualité de vie au travail;
  • En Suède, 61% estiment que leur hiérarchie porte un réel intérêt à leur bien-être.

Des pays comme la Suède, la Finlande et les Pays-Bas ont réussi à obtenir ou à maintenir un taux d’emploi des seniors élevé. Ceci peut notamment s’expliquer par une politique sociale particulièrement « volontariste » visant à augmenter les emplois disponibles et à encourager le prolongement des carrières avec des mesures telles que les incitations fiscales, l’amélioration des conditions de travail et des possibilités de formation, la refonte des carrières, la lutte contre les discriminations liées à l’âge…

« La question de l’allongement de la vie professionnelle est un enjeu majeur de la gestion des ressources humaines en Europe. L’âge est aujourd’hui une des principales sources de discrimination ressentie par les salariés en entreprise. La gestion de salariés « seniors », leur employabilité, la valorisation de leur expérience et le développement de parcours professionnels appellent des politiques très pro-actives en direction de ces salariés dans un contexte de digitalisation accrue des modes de travail et donc de refonte des structures hiérarchiques. » précise Antoine Solom, Directeur de la practice Management de la relation salariée au sein du Groupe Ipsos.

 

(1) Mentoring : relation interpersonnelle de soutien, dans laquelle une personne d'expérience, le mentor, offre sa sagesse acquise et son expertise dans le but de favoriser le développement d'une autre personne, le mentoré, qui a des compétences ou des connaissances à acquérir et des objectifs professionnels à atteindre.
(2) INSEE, 2013.
(3) Les pays du Nord ayant participé au baromètre Edenred-Ipsos 2015 : Finlande, Pays-Bas, Suède.

Le baromètre Edenred-Ipsos :
Leader mondial des avantages aux salariés, Edenred met en place des outils variés pour comprendre l’évolution des tendances sociétales depuis plus de 50 ans. La dixième édition du baromètre Edenred-Ipsos sur le bien-être et la motivation des salariés a été menée en janvier 2015 auprès d’un échantillon de 13 600 salariés en Allemagne, Belgique, Espagne, France, Royaume-Uni, Italie, Suède, et, pour la première fois cette année, en Autriche, Finlande, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Roumanie et Turquie. Au total, depuis l’origine du baromètre, plus de 87 000 salariés ont été interrogés en ligne.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Antoine Solom Directeur International, Ipsos LEAD
  • Julia Pironon Directrice de clientèle, Ipsos ERM
  • Nicolas Tannenbaum Deputy Managing Director, Ipsos LEAD

Plus de contenus sur Management & RH

Engagement des collaborateurs