L'été des Français - Episode 2 : l'éveil des désirs secrets.

Ipsos lance la saga "L'été des Français" avec la communauté Ipsos ConnectLive, rassemblant 1 500 Français. Chaque semaine, les participants seront interrogés sur un thème spécifique et invités à partager leurs points vue. Pour ce 2ème épisode, nous les avons confrontés à leurs secrets, à ce qu'ils seraient capables de faire si tout leur était permis, et ainsi à révéler leurs désirs inavouables. Aidés par leur pleine confiance en notre modératrice et les bienfaits de l'anonymat, les membres de notre communauté ont partagé leur lot de révélations !

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre
Get in touch

Les vacances et la vie des sens

Il était difficile d’envisager l’été sans parler « sea, sex, and sun », autrement dit sans demander à nos participants quels étaient leurs désirs secrets. Indépendamment de leurs fantasmes (essentiellement plan à trois et aventure homosexuelle), leurs réponses montrent leur absolue confiance en notre modératrice et leur absolue sincérité quand les conditions sont créées. On s’intéressera surtout aux réactions des personnes en couple, parce qu’il est plus facile de passer à l’acte quand on est seul. Quelles sont leurs attitudes ?

  • Les Epicuriens sont prêts à céder à la tentation sans se soucier des conséquences possibles sur leur couple, comme si les vacances d’été représentaient une parenthèse enchantée de tous les points de vue, déresponsabilisaient en autorisant une « aventure », littéralement s’abandonner à ce qui arrive, au nom du pur désir, en toute légèreté, sans drame. On pense à Crébillon dans La Nuit & Le Moment : « Comme on s'est pris sans s'aimer, on se sépare sans se haïr », mais une question reste en suspens : cette douce indulgence que l’on s’accorde à soi-même s’exercerait-elle pour son/sa partenaire ?
  • Les Prudents associent infidélité ou aventure à « risque » et ne l’envisagent pas, plus au nom de dangers potentiels qu’au nom de la morale, parce que l’expérience d’un moment peut déraper, ouvrir sur l’inconnu, remettre en question la stabilité du couple et le faire exploser, avec en corollaire l’impact sur les enfants, un divorce, une vie à recomposer. Pour autant, les Prudents ne s’interdisent pas les « infidélités virtuelles », les sms séducteurs avec un/e ami/e, les discussions nocturnes, les allusions érotiques, mettant les technologies au service d’un libertinage qui ne s’assume pas dans le monde offline. Le Métaverse et des réalités virtuelles de plus en plus sophistiquées vont-ils constituer le parfait refuge pour les désirs des Prudents ? La série Black Mirror répond avec Striking Vipers où la technologie permet aux différents personnages de flirter avec des pulsions border line sans détruire leur couple.
  • Les Abandonnistes ont renoncé aux expériences extra-partenaire, ou parce que vivre avec quelqu’un est lui engager sa foi (le sens original de « fidélité ») et que regarder ailleurs est synonyme de mal, ou parce que le ratio risque / désir est intenable, que ce soit dans les univers virtuels ou dans la réalité, parce qu’il va démasquer quelque chose de soi, révéler une part d’ombre dont le dévoilement serait d’autant plus choquant qu’il renvoie à une vérité inavouable qui va transformer la représentation que l’autre à de nous. A l’inverse des Prudents, il est peu probable que le Métaverse les incite à libérer leurs tabous.

Au-delà de leurs réponses, c’est question de la vérité qui se joue. Peut-on tout dire à sa partenaire ou peut-on se réserver un jardin secret, pas forcément de l’ordre du fantasme sexuel, dont on veut être seul à garder la clef ? Pour les uns, les couples doivent tout se dire, y compris leurs attirances réciproques (voisin/e, ami/e, collègue, membres de la famille…) comme leurs envies déraisonnables (démissionner sans perspective, faire le tour du monde seul…) ; pour d’autres, leur durée dépend de leur capacité à les cacher mais jusqu’à quelle limite, de frustration ou de temps ?

On reconnaîtra le drame psychanalytique du ça (l'énergie pulsionnelle régie par le principe de plaisir, a priori suractive en vacances), du Surmoi (l’instance morale – parentale – sociale qui donne ses normes acceptables au désir, y compris en vacances !), et du Moi (la personnalité qui résulte des tensions ça / Surmoi, d’où les névroses…). Bossuet, bien avant Freud, avait résumé la situation en une formule : « Qu’est-ce autre chose que la vie des sens, qu’un mouvement alternatif de l’appétit au dégoût, et du dégoût à l’appétit, l’âme flottant toujours incertaine entre l’ardeur qui se ralentit et l’ardeur qui se renouvelle ? ».

 

Ete des français désirs secrets Ipsos

 

Sous la plage les pavés

Après avoir abordé la question des « Désirs secrets » du point des fantasmes, nous avons voulu demander aux participants de ConnectLive ce qu’ils feraient si tout leur était possible.  

D’abord, en finir avec les contraintes professionnelles en arrêtant de travailler ou à mi-temps, et prendre une retraite dorée. 

Ensuite, « partir » au soleil, sur une ile paradisiaque ou au bord d’une falaise avec une vue imprenable sur l’océan, voyager comme (thumb_up) : « Faire le tour du monde pendant deux ou trois ans, rencontrer des personnes de toutes horizons et voir des cultures et des paysages divers et variés »

Pour quelques-uns enfin, exprimer sa créativité en écrivant un livre ou en étant actrice. 

En creux, ces désirs montrent des aspirations de fond : passer d’une existence subie à une vie choisie, d’un mode de vie stressant à des relations épanouies, en un mot, se sentir libre, comme le synthétisent (Pauline) : « J'ai déjà changé de vie, retrouvé et épousé mon amour de jeunesse, je me fous des pressions sociales, j'aime les plaisirs simples et je ne subis pas de contraintes financières ».

Pour les Epicuriens et les Prudents, cette liberté élargit les possibles ou les autorise (enfin !), comme l’expriment  (Milly) : « Tout claquer, acheter ma petite maison sur l'ile de Guernesey, et coucher avec n'importe qui comme quand j'avais vingt ans », Doody : « J'aimerais recroiser des anciennes connaissances, coquiner au maximum  avec des situations différentes, m'amuser », (Stess) : « Mon désir secret serait de profiter de d'un homme qui me plairait physiquement ou intellectuellement et d'assouvir avec lui mes fantasmes sexuels sans être obligée de m'engager, puis de continuer ma vie », sans oublier (Allison) : « Je tenterai les femmes parce que même si j'adore les mecs au lit, ils me gonflent dans la vraie vie. Ces machos sont trop à l'ouest, pensent être puissants alors qu'ils sont fragiles et ils ont tous les droits quand nous on doit se battre dans la vie ».  

En fait, le plus grand désir secret, c’est prendre sa revanche, sur un travail qui ennuie, sur une vie qui fatigue, sur un monde fait de renoncements et de frustrations. « Français, encore un effort pour être révolutionnaires », comme dirait l’autre, expert en fantasmes. 


Retrouvez tous les épisodes de
notre saga de l'été

Episode 1 - L'hôtel, grand absent des vacances.

Episode 3 - Rêver ses vacances ou vivre les vacances de ses rêves.


Les prénoms des personnes citées ont été modifiés.

Pour en savoir plus sur les communautés Ipsos,

contactez Caroline Bastide via le formulaire en bas de page

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre

Société