Baromètre annuel Apprentis d'Auteuil : les Français inquiets pour l’avenir des jeunes

Le 13 avril, Apprentis d'Auteuil et Ipsos dévoilaient une partie des résultats de la 2ème édition du Baromètre de la solidarité à l’épreuve du Coronavirus. Cette deuxième partie se concentre sur la situation des jeunes de moins de 25 ans, frappés de plein fouet par la crise.

Auteur(s)

  • Amandine Lama Directrice de Clientèle, Département Politique et Opinion, Public Affairs
Get in touch

Lors de la première édition de ce Baromètre et tandis que le premier confinement venait de prendre fin, les Français exprimaient leur envie d’un monde nouveau, plus solidaire. Qu’en est-il en 2021 ? Désillusionnés, les Français, et plus particulièrement les jeunes de moins de 25 ans croient de moins en moins en l’émergence d’un monde post-crise qui soit plus solidaire.

solidarité

Dans l’ensemble, ils se montrent d’ailleurs de plus en plus inquiets quant aux conséquences de la crise sur les jeunes. A un an de l’élection présidentielle, les Français appellent à des mesures structurelles fortes et pérennes en faveur des jeunes. 

 

La situation des jeunes inquiète les Français qui appellent à des mesures fortes

Les chiffres clés

  • 43% des Français et 60% des hauts revenus connaissent des jeunes gravement affectés par la crise
  • 73% de ceux qui connaissent des jeunes affectés par la crise sont inquiets pour leur santé mentale
  • 77% de ceux qui connaissent des jeunes affectés par la crise sont inquiets pour leur capacité à trouver un emploi
  • 48% des Français pensent que la crise aura un effet durable sur les jeunes
  • 69% des Français et 66% des hauts revenus soutiennent la création d’un RSA jeunes pour les 18-25 ans

Plus de 4 Français sur 10 déclarent connaître des jeunes gravement impactés par la crise sanitaire (43%). Un chiffre d’autant plus préoccupant que la plupart exprime une inquiétude concernant les jeunes qu’ils connaissent. Ils s’inquiètent de leur capacité à trouver un emploi (77%, 34% très inquiets), à suivre des études (73%), à subvenir à leurs besoins (73%) et sur l’état de leur santé mentale (73%) dans le contexte actuel.

C’est pourquoi, les Français soutiennent massivement les mesures proposées pour soutenir les jeunes. Ainsi, 92% sont favorables au maintien de l’aide financière aux entreprises qui recrutent des jeunes en contrat de professionnalisation et 69% à la création d’un revenu minimum de type RSA pour les 18-25 ans. L’ensemble des mesures sont également largement soutenues par les hauts revenus, y compris la création d’un RSA jeune pour les 18-25 ans (66%).

 

L’espoir d’un monde d’après plus solidaire décline

Les chiffres clés

  • 22% des Français pensent que le « monde d’après » sera plus solidaire vs 28% en mai 2020. Ils sont 42% à le penser chez les hauts revenus.
  • La part des moins de 25 ans qui pensent que le monde d’après sera plus solidaire a été divisée par 2 en un an (28% contre 56% en mai 2020)
  • En mars 2021, seuls 22% des Français croient encore que le monde d’après sera plus solidaire (-6 points), soit à peine plus que ceux qui pensent qu’il sera moins solidaire (17%, +5 points).
  • 48% des Français pensent que la crise aura un effet durable sur les jeunes
  • 69% des Français et 66% des hauts revenus soutiennent la création d’un RSA jeunes pour les 18-25 ans

Particulièrement touchés par la crise, les jeunes sont sous le coup de la désillusion. Ainsi, si les moins de 25 ans restent un peu plus optimistes que la moyenne (28% estiment que le monde d’après sera plus solidaire), leur enthousiasme a drastiquement chuté en l’espace d’un an (-28 points soit une division par deux). Chez les 2% de Français les plus aisés, moins impactés par les conséquences économiques et sociales de la crise, l’optimisme se maintient à un niveau bien plus élevé (42%, -1 point).

Les Français sont d’ailleurs de moins en moins nombreux à penser que les citoyens ont un rôle primordial à jouer pour construire le monde de demain (54%, - 8 points). Pour eux c’est avant tout à l’Etat (77%, -3 points) et aux entreprises (67%, +3 points) d’en porter la responsabilité. Plus optimistes, les Français les plus aisés ne sont pas aussi tranchés. S’ils estiment également que l’Etat et les entreprises ont un rôle primordial à jouer (respectivement 69%, -1 point et 66, +3 points) ils restent nombreux à considérer qu’il en va de même pour les citoyens (62%, stable).
 

Retrouvez l'enquête sur apprentis-auteuil.org

 

apprentis d'auteuil

 

A propos d'Apprentis d'Auteuil

Fondation catholique reconnue d’utilité publique, acteur engagé de la prévention et de la protection de l’enfance, Apprentis d’Auteuil développe en France et à l’international des programmes d’accueil, d’éducation, de formation et d’insertion pour redonner aux jeunes et aux familles fragilisés ce qui leur manque le plus : la confiance. Apprentis d’Auteuil accompagne plus de 36 000 jeunes et familles dans près de 240 établissements. Ces jeunes lui sont confiés par leur famille ou par l’Aide sociale à l’enfance. La fondation dispense 77 formations professionnelles dans 12 filières. A l’international, Apprentis d’Auteuil a choisi d’agir en partenariat. La fondation mène des actions dans plus de 31 pays aux côtés de ses 59 partenaires locaux. Chaque année, 15 000 jeunes et familles dans le monde bénéficient de ces programmes 


Fiche technique : Ipsos a reconduit le dispositif d’étude mis en place pour Apprentis d’Auteuil l’an passé. Dans ce cadre, 1000 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française, ainsi que 500 personnes dont le revenu annuel net du foyer est supérieur à 120 000 € (moins de 2% des foyers fiscaux) ont été interrogées du 5 mars au 18 mars 2021.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Amandine Lama Directrice de Clientèle, Département Politique et Opinion, Public Affairs

Société