Du Black Friday au Green Friday : l'approche ambivalente du comportement des français.

Le Black Friday, journée emblématique de surconsommation importée d’outre-Atlantique, s’est imposé comme un moment-clef du mois de novembre en France en seulement quelques années. En 2018, ce sont 50 millions de transactions bancaires qui ont été enregistrées, et déjà 1 Français sur 2 compte y participer cette année. Ipsos lance une étude réalisée pour la MAIF, en partenariat avec l’association ENVIE, fondatrice du mouvement Green Friday, mettant en lumière ces deux approches a priori inconciliables.

Auteur(s)

  • Sarah Ball Directeur d'études, département Marketing Strategy Understanding
Get in touch

Partagés entre premiers prix et achats responsables, l’étude montre que les Français tentent de concilier deux approches de consommations opposées

Chaque année, le succès du Black Friday connaît une popularité grandissante : une durée qui ne cesse de s’allonger et 5,9 milliards de dépenses attendues en France. Cet événement, importé il y a seulement 7 ans des États-Unis, est déjà connu de tous les Français (97% des sondés déclarent connaitre le Black Friday) et plus de la moitié y a déjà participé (54%) ou compte y participer ce 29 novembre (58%).
Pourtant, 78% des Français considèrent que cet événement est lié à la surconsommation, et ces derniers sont de plus en plus nombreux à s’interroger sur la nécessité d’un produit avant de l’acheter (85% dont 25% tout à fait). De la même façon, ils déclarent prendre en considération la dimension éco-responsable d’un produit avant son achat : provenant de marques éthiques et éco-responsables (54%) ou recyclés (53%). L’achat et/ou la vente d’articles d’occasion sont également rentrés dans les moeurs : 53% utilisent les sites d’achat et de revente entre particuliers.

Green is the new black

On constate donc une réelle ambivalence dans le comportement d’achat des Français, auprès desquels le Black Friday s’impose mais qui adoptent une approche de plus en plus critique envers la surconsommation.
C’est à partir de cet élan que l’association ENVIE a créé le Green Friday, en 2017. Devenu un collectif de 6 associations (dont Emmaüs France et Ethiquable) en 2018, son objectif est de lutter contre l’hyperconsommation et d’encourager une consommation responsable. Pour cette troisième édition, 400 entreprises et associations rejoignent le mouvement. Les entreprises s’engagent à ne pas faire de réduction et à reverser 10 % de leur chiffre d’affaires du jour à des associations oeuvrant en faveur de la protection de la planète (HOP, Zéro Waste…). Les associations adhérentes animent, elles, des ateliers et des actions de sensibilisation.
Cette année, 30% des Français déclarent souhaiter participer aux deux évènements le 29 novembre prochain. Un chiffre symbolisant ce souhait de concilier deux approches de consommation opposées.

 

Une étude pour sensibiliser les consommateurs…

Sensible au souhait des Français de consommer de manière plus responsable, MAIF a lancé cette grande étude sur le thème « du Black Friday au Green Friday » en partenariat avec la Fédération ENVIE. L’objectif est de venir nourrir une réflexion globale sur les comportements de ces nouveaux consom’acteurs et d’y associer le grand public. Une initiative en faveur du mieux commun qui s’inscrit pleinement dans le prolongement de la récente adoption d’une raison d’être*** de la Mutuelle et des actions qu’elle a mis en place, dont l’utilisation de pièces de réemploi et l’encouragement de la finance solidaire.

Selon l’étude, 64% des Français se déclarent prêts à acheter des voitures composées de pièces d’occasion, et plus de 8 Français sur 10 sont prêts à acheter des vêtements composés de matières recyclées ou déjà portés. …

 

Et confronter les modes de consommations habituels aux aspirations « vertes » avant le lancement du Black Friday, tels sont les enjeux.

MAIF souhaite en effet encourager les comportements alternatifs, mais également impliquer le grand public et les acteurs associatifs « en pointe » sur des pratiques nouvelles et raisonnées. Ces dernières sont nombreuses : commerçants responsables, Repair Café, achats de produits recyclés ou d’occasion, vente en circuits courts, produits sans emballage ou en vrac… les initiatives sont multiples. Ainsi, les résultats de l’étude Ipsos attestent de l’émergence de nouveaux modes de consommation avec quelques chiffres clés :

- Pouvoir acheter sans emballages/en vrac est important pour près de 2/3 des Français
- Une large majorité des Français considèrent les critères éco-responsables avant l’achat, tels que la transparence des produits, la saisonnalité ou l’origine locale du produit.

 

MAIFGREEN FRIDAY

 

 

 

 

 

 

 

Téléchargement

Auteur(s)

  • Sarah Ball Directeur d'études, département Marketing Strategy Understanding

Ipsos France