Les Français de plus en plus branchés à la voiture électrique !

À l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité, Ipsos, l’Avere-France et Mobivia Groupe dévoilent les résultats de leur 3e baromètre sur les Français et la mobilité électrique. Ce nouveau sondage révèle que les automobilistes français sont mieux informés et de plus en plus enclins à passer au véhicule électrique pour assurer leur mobilité au quotidien et préserver l'environnement.

Les Français de plus en plus branchés à la voiture électrique !

Auteur(s)

  • Vincent Dusseaux Directeur d'études, Ipsos Loyalty
Get in touch


35% des automobilistes sont prêts à passer à l'électrique (+7 par rapport à 2014)

2 Français sur 5 déclarent que la voiture électrique répond à leurs besoins quotidiens de mobilité !

18% des automobilistes ont déjà essayé le véhicule électrique (+6)

80% se disent prêts à changer leurs habitudes de mobilité pour améliorer la qualité de l’air


VOITURE ÉLECTRIQUE : UNE IMAGE ENCORE PLUS FIABLE, SÉCURISANTE ET SÉDUISANTE ...

La voiture électrique améliore encore son excellente image dans l’opinion. Les personnes sondées la trouve innovante (94%, soit +1 par rapport à la vague de sondage précédente de 2014), respectueuse de l’environnement (91%, -1) et économique à l’usage (80%, -1).
Parmi les qualités du véhicule électrique les plus citées, se placent en première ligne ses bénéfices environnementaux. 73% des sondés soulignent en premier lieu l’absence d’émissions de particules, de fumées ou d’hydrocarbures. Ils plébiscitent également l’absence de bruit du moteur (42%) et le faible coût à l’utilisation (cité par 32% des sondés et 40% de ceux qui parcourent plus de 50 km quotidiennement).

Mais surtout, son utilisation séduit de plus en plus : 70% des Français la jugent fiable, soit +11 points, et 72% sécurisante (+7). Elle est agréable à conduire pour 88% d’entre eux, soit +6 points, et pratique (66%, soit +10).
Ces évolutions laissent penser que la voiture électrique n’est plus seulement perçue par les Français comme un moyen de transport innovant et écologique destiné à un public d’avertis mais comme une vraie solution de mobilité qui a fait ses preuves.

...MÊME SI DES FREINS PERSISTENT

Les trois éléments les plus cités par les personnes interrogées sont : une autonomie limitée (58%), le prix à l’achat (45%) et le manque d’infrastructures de recharge (28%).
Sur ce dernier point néanmoins, 35% des sondés disent avoir la possibilité de recharger à leur domicile moyennant quelques aménagements (+4 par rapport à 2014), 20% ont connaissance d’infrastructures de recharge à proximité de chez eux, un chiffre en hausse de 7 points. Ces évolutions favorables attestent que les possibilités de recharge progressent, bien que toujours insuffisantes.

DE MIEUX EN MIEUX INFORMÉS…

Le sentiment d’information progresse fortement. 42% disent être bien informés sur la manière dont se recharge un véhicule électrique, soit 13 points de plus qu’en 2014. Ils estiment mieux connaître le prix des voitures électriques (33%, soit +4), tout comme l’offre (27%, soit +7), leur coût d’utilisation par rapport aux moteurs thermiques (25%, soit +5) ou les aides de l’État à l’achat (24%, soit +7). Seule l’autonomie des voitures électriques reste stable (35% s’estiment bien informés). Par ailleurs, les Français sont toujours plus nombreux à avoir testé le véhicule électrique, comme conducteur ou passager (18%, soit +6).

… LES FRANÇAIS SONT AUJOURD’HUI DAVANTAGE PRÊTS À LA CONVERSION VERS L’ÉLECTRIQUE…

L’amélioration de l’image de la voiture électrique et la progression du sentiment d’information participent d’une hausse nette des intentions d’achat, dont le taux passe à 35% versus 28% en 2014.
Parmi ceux qui ont déjà testé le véhicule électrique, plus d’un automobiliste sur deux se dit prêt à passer à l’acte dans les prochains mois (55%, +16). Chez ceux ayant dès à présent la possibilité de recharger, la proportion d'automobilistes prêts à sauter le pas augmente aussi fortement (54%, + 12). Parmi les principaux éléments qui pourraient participer au déclenchement de l’acte d’achat, les sondés évoquent un coût à l’achat équivalent à celui d’une voiture thermique (72%), une autonomie souhaitée supérieure à 300 km (72%) ou la possibilité de recharger facilement chez eux ou à proximité (62%).

… NOTAMMENT POUR PRÉSERVER LA QUALITÉ DE L'AIR

Au-delà de leur mobilité au quotidien, les personnes interrogées déclarent de plus en plus s’inquiéter de l’impact des déplacements quotidiens sur l’environnement. En conséquence, 80% se disent prêts à changer leurs habitudes de mobilité pour améliorer la qualité de l’air.
Cet indicateur net témoigne d’une vraie sensibilité de l’opinion publique sur une question que les derniers grands rendez-vous environnementaux, tels que la COP 21 à Paris mais aussi les épisodes récurrents de pics de pollution et les mesures de restriction de circulation, ont mis à l’index. C'est un signal encourageant pour les promoteurs des moyens de transport à faible émission de CO2.

Dans ce contexte, les attentes du grand public pour la mise en place de solutions de mobilité alternatives dans leur commune sont fortes. Les Français se montrent particulièrement   favorables au développement de la mobilité électrique. 77% des personnes interrogées souhaitent que leur municipalité installe des infrastructures de recharge dans les rues pour faciliter l'utilisation de véhicules électriques et 76% le remplacement des bus à essence par des bus électriques. Enfin, la mise en place d’aides publiques pour l’achat d’un véhicule électrique est très populaire : 74% des personnes interrogées y sont favorables. Le soutien au développement de la mobilité électrique n’est pas limité aux habitants des grandes villes, il est aussi très fort dans les petites communes : 82% des habitants des villes de moins de 20 000 habitants souhaitent que leur municipalité développe les infrastructures de recharge.

Fiche technique :
Enquête réalisée online, du 23 au 29 août 2016, sur 1 000 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

Auteur(s)

  • Vincent Dusseaux Directeur d'études, Ipsos Loyalty

Société