Retour au bureau : les salariés attendent plus de flexibilité de leur employeur après la crise Covid-19

Une enquête menée par Ipsos pour le Forum économique mondial auprès d'adultes actifs dans 29 pays révèle qu'une personne sur quatre travaille à domicile plus souvent qu'avant la pandémie et préfèrerait travailler à distance la moitié du temps une fois la pandémie passée.

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre
Get in touch

Une nouvelle enquête Ipsos en partenariat avec le Forum économique mondial révèle qu'en moyenne 23 % des adultes actifs dans 29 pays déclarent travailler à domicile plus souvent qu'avant la pandémie de Covid-19. Plus d'un tiers des personnes interrogées au Pérou, à Singapour, en Inde et en Argentine déclarent travailler plus fréquemment à domicile.

L'enquête en ligne menée entre le 21 mai et le 4 juin auprès de près de 12 500 adultes actifs révèle qu'en moyenne, dans 29 pays, la proportion de ceux qui travaillent toujours, le plus souvent ou parfois hors de chez eux aujourd'hui (39 %) est supérieure de 15 points aux niveaux d'avant la pandémie (24 %). Les trois quarts de ceux qui travaillent hors de chez eux au moins de temps en temps déclarent le faire à cause de la Covid-19.
L'enquête indique que les préférences en matière d'organisation du travail sont reconsidérées à l'échelle mondiale. Les actifs interrogés déclarent en moyenne qu'ils préféreraient, à l'issue de la pandémie, et une fois toutes les restrictions sanitaires levées, travailler à domicile 2,5 jours par semaine - d'un minimum de 1,9 en Chine, en Belgique et en France à un maximum de 3,4 en Inde.
En moyenne, deux tiers des répondants au niveau mondial déclarent :

  • Une fois les restrictions levées, les employeurs devraient-être plus flexibles sur la question du télétravail (66%) ;
  • Ils s'estiment plus productifs avec un emploi du temps professionnel plus flexible (65%) ;
  • Ils réclament de la flexibilité sur le temps passé au bureau (64%).

Ces opinions sont plus répandues parmi les personnes ayant un niveau d'éducation et de revenu plus élevé, les femmes, les jeunes adultes et les parents d'enfants de moins de 18 ans.

A l'opposé, près d'un tiers des personnes interrogées estiment que :

  • Il est plus difficile d'être productif en travaillant à domicile (38%) ;
  • Ils se sentent désengagés de leur travail lorsqu'ils travaillent de chez eux (37%), et
  • Ils se sentent plus fatigués par le travail dans cette situation (33%).

Les parents d'enfants de moins de 18 ans sont également plus susceptibles de partager cette opinion.

3 personnes sur 10 (30%) disent envisager de rechercher un autre emploi à responsabilités et salaire équivalents si leur employeur leur demandait de revenir au bureau à temps plein. Parents et moins de 35 ans sont les plus susceptibles de partager cette opinion.

Résultats détaillés

Travailler de chez soi pendant la pandémie

En moyenne, 39% des personnes interrogées dans le monde disent travailler à domicile (25% toujours ou la plupart du temps et 14% parfois à la maison et parfois hors de la maison).  Au moins 50 % de tous les adultes salariés interrogés en Amérique du Sud (au Pérou, en Argentine, au Chili, en Colombie et au Brésil) ainsi qu'à Singapour, en Afrique du Sud et en Malaisie sont de cet avis, contre 15 % en Chine et 21 % en Russie. À titre de comparaison, seuls 24 % d'entre eux déclaraient travailler à domicile avant la pandémie - soit 15 points de moins que ce qu'ils déclarent aujourd'hui.

23 % en moyenne de tous les adultes salariés interrogés dans les 29 pays travaillent désormais plus souvent à domicile qu'avant la pandémie. Plus de 3 personnes sur 10 au Pérou, à Singapour, en Inde, en Argentine, au Chili et en Colombie déclarent travailler à distance plus fréquemment, contre seulement une personne sur dix environ en Russie, au Japon, en Pologne, en Hongrie, en Chine et en Corée du Sud.

 

Parmi les personnes qui déclarent travailler à domicile au moins de temps en temps, la majorité dans tous les pays, avec une moyenne de 76%, dit le faire en raison de la Covid-19.

Les attentes des télé-travailleurs du Covid

Selon leur lieu de résidence, les personnes qui travaillent actuellement à domicile en raison de la pandémie ont des attentes très différentes quant à la date de retour au travail à domicile. En moyenne, au niveau mondial, 27% des "télé-travailleurs du Covid" s'attendent à retrouver leur routine de travail d'avant Covid dans moins de six mois, 24% entre six mois et un an, 15% dans plus d'un an, 18% ne croient pas à un retour à la normale, et 17% n'en ont aucune idée.

  • La France, l'Arabie saoudite, les Pays-Bas et la Hongrie sont les seuls pays où environ la moitié des télé-travailleurs du Covid s'attendent à un retour rapide à la normale.
  • La Corée du Sud a la plus grande proportion de personnes pensant que cela prendra plus d'un an. (35%).
  • Près de la moitié des Australiens et un tiers des Sud-Africains et des Britanniques ne s'attendent pas à revenir un jour à la situation pré-Covid.

Les préférences en matière d'organisation du travail après la crise Covid

En moyenne dans le monde, 35 % des personnes interrogées déclarent qu'une fois la pandémie terminée, elles préféreraient télé-travailler complètement ou plus souvent qu'avant. Presque autant (33%) disent le contraire : ils préféreraient travailler hors de chez eux complètement ou moins souvent qu'avant la pandémie. Une personne sur dix déclare qu'elle préférerait travailler à domicile autant qu'avant (10 %).

Les pays où les plus fortes proportions de personnes déclarant qu'elles préféreraient travailler à domicile complètement ou plus souvent qu'avant la pandémie (toutes entre 43% et 48%) comprennent l'Afrique du Sud, Singapour, la Grande-Bretagne, les États-Unis, l'Inde et l'Australie. La préférence de travailler complètement à l'extérieur de chez soi ou moins souvent qu'avant la pandémie est plus répandue en Arabie saoudite, au Mexique, en Pologne et en Turquie (tous entre 45 % et 53 %).
Au niveau mondial, 25 % en moyenne des 29 pays déclarent que, lorsque la pandémie sera terminée et que toutes les restrictions auront été levées, ils préféreront travailler depuis leur domicile tous les jours. C'est la préférence de plus d'un tiers en Afrique du Sud, au Mexique, en Arabie saoudite, au Pérou, en Inde et aux États-Unis. En revanche, 25 % des personnes interrogées dans le monde déclarent préférer ne pas travailler à domicile tous les jours de la semaine. C'est la préférence de plus d'un tiers en Belgique, en Pologne, en France, au Japon, en Allemagne et en Espagne. En moyenne, le nombre idéal de jours de télé-travail dans une semaine de cinq jours varie de 3,4 en Inde à 1,9 en Chine, en Belgique et en France.

 

En moyenne, 30 % des personnes interrogées dans le monde reconnaissent qu'elles envisageraient de chercher un autre emploi à salaire et responsabilités égaux si leur employeur leur demandait de travailler à domicile à temps plein (12 % sont tout à fait d'accord et 18 % plutôt d'accord). L'accord est le plus élevé en Inde, en Arabie saoudite, au Pérou et en Malaisie et, plus généralement, chez les moins de 35 ans. Cependant, moins de 10% des personnes interrogées au Japon, en Corée du Sud, en Russie, en France, en Allemagne, en Belgique, en Suède, à Singapour et en Chine sont tout à fait d'accord.

Les salariés souhaitent plus de flexibilité

Dans l'ensemble, les travailleurs ont tendance à avoir une perception positive du travail à domicile et souhaitent davantage de flexibilité.

Dans tous les pays, la majorité des personnes interrogées s'accordent à dire que, lorsque les restrictions liées à la Covid-19 ne seront plus en vigueur, les employeurs devraient faire preuve de plus de souplesse pour obliger les employés à se rendre au bureau (de 53% en Allemagne à 81% en Inde, avec une moyenne mondiale de 66%).
Dans presque tous les pays, la majorité des personnes interrogées déclarent vouloir une certaine souplesse dans le temps passé au bureau (y compris plus de trois personnes sur quatre en Chine, à Singapour, en Arabie saoudite et en Corée du Sud).
Rares sont ceux qui ne sont pas d'accord pour dire qu'ils sont plus productifs avec un horaire de travail flexible (11 % en moyenne dans le monde contre 65 % qui sont d'accord).
En général, les personnes ayant fait des études supérieures, les plus aisées, les femmes, les jeunes adultes et les parents d'enfants de moins de 18 ans sont plus susceptibles d'exprimer ces opinions.

 

Les inconvénients du télétravail

En ce qui concerne les inconvénients du travail à domicile, en moyenne dans le monde :

  • 52% disent que la présence de leurs collègues leur manque,
  • 38 % disent que leur domicile est un endroit difficile pour être productif,
  • 37 % se sentent désengagés de leur travail lorsqu'ils travaillent à domicile,
  • 33 % se sentent plus épuisés par le travail lorsqu'ils travaillent à domicile.  

Ces opinions sont plus répandues en Arabie saoudite, en Turquie, en Inde et en Malaisie et, plus généralement, chez les parents d'enfants de moins de 18 ans.  

Découvrez l'article du
Forum économique mondial


Fiche technique : Enquête menée dans 29 pays par Ipsos sur sa plateforme en ligne Global Advisor. Ipsos a interrogé un total de 12 445 adultes salariés âgés de 18 à 74 ans aux États-Unis, au Canada, en Malaisie, en Afrique du Sud et en Turquie, de 21 à 74 ans à Singapour et de 16 à 74 ans dans 23 autres pays entre le 21 mai et le 4 juin 2021.
L'échantillon est composé de personnes ayant un emploi. La taille de l'échantillon varie de n=255 en Belgique à n=809 en Chine (continentale) avec une moyenne de 429 par pays. Les échantillons de l'Argentine, de l'Australie, de la Belgique, du Canada, de la France, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la Hongrie, de l'Italie, du Japon, des Pays-Bas, de la Pologne, de la Corée du Sud, de l'Espagne, de la Suède et des États-Unis peuvent être considérés comme représentatifs de la population adulte générale de ces pays âgée de moins de 75 ans. Les échantillons du Brésil, du Chili, de la Chine (continentale), de la Colombie, de l'Inde, de la Malaisie, du Mexique, du Pérou, de la Russie, de l'Arabie Saoudite, de Singapour, de l'Afrique du Sud et de la Turquie sont plus urbains, plus instruits et/ou plus riches que la population générale.
Les résultats de l'enquête pour ces pays doivent être considérés comme reflétant les opinions du segment le plus "connecté" de leur population. Les données sont pondérées de manière à ce que la composition de l'échantillon de chaque pays reflète au mieux le profil démographique de la population adulte selon les données du recensement le plus récent. Lorsque la somme des résultats n'est pas égale à 100 ou que la "différence" semble être supérieure ou inférieure de +/-1 à la réalité, cela peut être dû aux arrondis, aux réponses multiples ou à l'exclusion des réponses "ne sait pas" ou "non déclaré". La précision des sondages en ligne d'Ipsos est calculée en utilisant un intervalle de crédibilité avec un sondage de 1 000 personnes précis à +/- 3,5 points de pourcentage et de 500 personnes précis à +/- 4,8 points de pourcentage.
Pour plus d'informations sur l'utilisation des intervalles de crédibilité par Ipsos, veuillez consulter le site Internet d'Ipsos. *
La publication de ces résultats est soumise aux règles et réglementations locales.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre

Plus de contenus sur Management & RH

Société